Archives par mot-clé : données ouvertes

20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

Le Document ?

Organisée par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO, l’Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS de l’Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE de l’Université de Lyon 3, la vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ».
Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.
Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants :

Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.

Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.

Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.

Continuer la lecture de 20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Co-organisateurs du colloque : Sylvie Grosjean (Université d’Ottawa, Canada), Monica Mallowan (Université de Moncton, Canada), Christian Marcon (IAE-Université de Poitiers, France)

85e congrès de l’ACFAS – Université McGill, Montréal

Dates envisagées : 11 au 12 mai 2017 (en attente de la décision finale de l’ACFAS en décembre 2016)

Dates importantes

  • Soumission des propositions : 13 janvier 2017
  • Retour aux auteurs : février/mars 2017
  • Envoi des articles : mai 2017
  • Dates envisagées du colloque : 11 au 12 mai 2017
  • Publication : décembre 2017

Appel à communications

La problématique de la gestion des données par les organisations n’est pas récente, mais l’accès à des données massives produites par le monde digital (e-commerce, requête internet, capteurs e-santé, objets connectés, etc.) conduit indéniablement les organisation à gérer, traiter, utiliser et réutiliser leurs données différemment voire à exploiter celles d’autres organisations.

Confrontées à la pression concurrentielle, les organisations comptent sur la performance des technologies de l’information pour soutenir leurs processus organisationnels et pour les aider à maîtriser la masse d’information en circulation dans leur environnement interne et externe. Face à l’accumulation de données massives (big data) en milieu organisationnel (Bollier, 2010; Rudder, 2014), l’approche privilégiée pour en tirer un sens est celle de l’analyse quantitative menant à des démarches d’intelligence d’affaires (business intelligence), en vue de s’en servir pour la prise de décision et le passage à l’action (Cohen, 2013; Fernandez, 2013). Ceci conduit à l’idée dangereuse que des données statistiques seraient plus utiles et objectives et contribueraient à rendre les organisations plus efficaces et rentables (Bollier, 2010).

Toutefois, cette accumulation de données chiffrées analysées statistiquement est limitée par l’absence d’un contexte significatif riche (Alles et Vasarhelyi, 2014), qui pour sa part est généré par une accumulation d’éléments non chiffrés, non quantifiables, non structurés et donc difficilement mesurables, de type socio-culturel (thick data), qui doivent être étudiés par une analyse qualitative, et qui mènent à des démarches d’intelligence stratégique (competitive and strategic intelligence).

Continuer la lecture de Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées : 

Conférence Humanités numériques et données ouvertes (24-25 mai 2016 à Lyon)

Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ?

A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ?

Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Le programme est accessible à partir du site officiel de la conférence : https://hnlyon2016.sciencesconf.org/resource/page/id/3

Page d’accueil de la conférence :  https://hnlyon2016.sciencesconf.org/