Archives par mot-clé : ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche : tel est le thème qui sera abordé le 18 octobre au cours de la journée d’étude du 47ème congrès de l’ADBU.  Les services d’appui à la recherche font partie intégrante des missions dévolues aux bibliothèques universitaires. Ils connaissent un essor important ces dernières années, du fait de l’apparition, avec le numérique, de nouveaux objets de production et diffusion scientifiques (blogs, réseaux sociaux de la recherche, carnets de recherche numérique, etc.), ou de la massification et de la facilité de manipulation accrue d’objets plus traditionnels, comme les données de la recherche.

Contrairement aux supports analogiques, la bonne gestion de l’information digitale impose de penser dès leur production le cycle de vie des objets produits, au risque, très rapidement, de ne plus être à même de les manipuler, de les conserver, d’en maîtriser la diffusion et les réutilisations potentielles. Le numérique change donc qualitativement et profondément la donne, le bibliothécaire ne peut plus être à la fin de la chaîne de la production du savoir.

Les professionnels de la documentation se retrouvent ainsi désormais de plus en plus au cœur des projets de recherche des établissements, là où la science est produite. Acteur reconnu dans le cadre de constitutions de corpus ou de réponses aux appels à projets, le bibliothécaire, s’il n’est pas un chercheur et reste bien un bibliothécaire, n’en est pas moins de plus en plus étroitement associé au processus de la production scientifique, au sein-même des équipes de chercheurs, ou de son évaluation  et du pilotage scientifique, à travers son expertise scientométrique.

Continuer la lecture de Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

« Mieux partager l’IST » : Enquête nationale conjointe auprès des Universités, Organismes et Ecoles d’Ingénieurs sur le Partage et la Gestion des ressources d’IST

Dans un pré-rapport « Mieux partager l’IST », la Direction de l’information scientifique et technique du CNRS donne les résultats d’une enquête  nationale destinée à recueillir l’avis des universités, des Grandes Écoles et des EPST sur l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST. Elle a permis :

  • « De susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements;
  • De tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche;
  • D’approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des Unités mixtes de recherche. »

Le document est divisé en 6 offres de service :

  1. Se documenter,
  2. Archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL,
  3. Publier pour la science publique,
  4. Analyser la production scientifique,
  5. Optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche
  6. Services transverses d’appui à l’IST

Cette enquête, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Préface

Mieux partager l’IST : quelle démarche ? A l’heure numérique, dans un système largement marqué par la mixité, l’IST se partage plus ou moins entre les acteurs de la recherche publique, qui co-publient, expérimentent, partagent des ressources d’IST. Ce processus peut-il être optimisé ? Pourquoi ? Comment ? Pour en savoir plus, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, l’enquête COPIST a été adressée au printemps 2016, aux Président(e)s d’Universités, d’Ecoles et d’Organismes par Anne Peyroche, Directrice générale déléguée à la science du CNRS, et par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Président de la Commission Recherche de la CPU. Fruit d’un débat interne récurrent dans l’ESR sur le partage de l’IST, cette démarche est née lors des colloques des professionnels et usagers de l’IST de Meudon des trois dernières années, en particulier celui de novembre 2015. Ce dernier colloque avait en effet souligné le besoin d’une étude d’ampleur nationale sur l’état des pratiques et des projets entourant la « plateformisation » de l’IST et son impact sur la recherche. Tel est le sens initial du COPIST (Catalogue d’Offre Partagée d’IST). Après le vote de la loi « Pour une République numérique », cette interrogation collective trouve une dimension supplémentaire : ce texte majeur, en effet, laisse prévoir un décloisonnement et une accélération des usages de l’IST au service de la compétitivité de la recherche nationale et européenne. Le COPIST, peut-on espérer, contribuera à s’y préparer. Que le CNRS ait pris l’initiative de lancer la démarche commune COPIST est en phase avec la « mission nationale » que son statut lui confère en matière d’IST – et que la refonte du décret statutaire, publié en septembre en 2015, vient d’étendre aux plateformes numériques de science. Dans cette optique d’intérêt général, le COPIST va beaucoup plus loin puisqu’il innove par rapport aux textes et repose sur un partenariat construit avec tous les professionnels au profit de tous les chercheurs. En effet, l’option commune a été prise de croiser toutes les approches : celles des Conseils scientifiques des Universités, d’Organismes et d’Ecoles avec les projets et ressources de leurs professionnels en IST, directeurs des SCD et de leurs riches organisations spécialisées. Ces synergies, à l’échelle de tout l’écosystème national d’IST, croisées avec celles des personnels de l’INIST, étaient vitales pour commencer à réfléchir ensemble et pour mener jusqu’au bout le projet de cette enquête nationale.

Lire la suite et les 1ers résultats de l’enquête.