Publication d’un Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Ce guide du droit d’auteur mis à disposition librement sur Le portail du numérique dans l’enseignement supérieur est à jour des textes en vigueur en cette année 2017 : il traite des questions juridiques soulevées en droit de la propriété intellectuelle et constitue l’outil indispensable à tous ceux qui sont amenés à utiliser ou à créer des ressources, quelles que soient leurs natures. Il sera ainsi très apprécié de la communauté professionnelle de l’enseignement, autant pour les utilisateurs que les créateurs d’œuvres.

Auteurs : 

La publication est placée sous la direction scientifique de :
A. Lucas, Professeur émérite, Université de Nantes

Avec :
E. Bouchet-Le Mappian, Docteur en droit, Université de Nantes
S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia
S Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2

Mise à jour par S. Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2 et S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia

Télécharger le guide

Sur le même sujet :

Droit d’auteur : le principe immuable de l’accord de l’auteur

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges

Comprendre le droit d’auteur : les cas de pluralités d’auteurs

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges sur Archimag.

http://media.sup-numerique.gouv.fr/file/Licences_et_droit_d_auteur/82/5/Guide_du_droit_dauteur_3e_ed_777825.pdf

Journées doctorales de la Sfsic du 14 au 16 juin 2017 – Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les journées doctorales de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication se tiendront les 14, 15 et 16 juin 2017 à Lyon en partenariat avec ELICO, à suivre sur Twitter avec le hashtag  .

Au programme de ces XIIèmes doctorales :
8 ateliers, moments d’échange et de partage, permettant de découvrir les objets de recherche abordés par les thèses en cours : questionner l’urbain, questionner la mobilité, analyse de discours, questions de méthodes, pratiques en ligne, questions d’images, etc.
1 table-ronde introductive autour des sciences de l’information et du document : filiations théoriques et nouveaux champs professionnels
1 table-ronde conclusive autour de la professionnalisation du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication
1 séance plénière : « Se former à l’information scientifique : les services URFIST à destination des doctorants »
– De nombreux rendez-vous pour échanger autour du café poster, de la table des revues, lors de la photo de groupe et durant les pauses déjeuner, le repas de gala etc.
– Et 2 nouveautés cette année : une rencontre avec l’ensemble des membres du bureau du CNU 71ème section et une session de présentation de sa thèse en 3 minutes.

Programme

L’ensemble des communications sera retransmis ultérieurement sur la chaîne You Tube de la SFSIC.

Informations pratiques

Cette rencontre se déroule à l’ Enssib

17-21 bd du 11 novembre 1918

Villeurbanne

Les frais d’inscription donnent accès à l’ensemble des conférences et ateliers, aux pauses café, aux déjeuners des 14/06 et 15/06, au dîner du 15/06 et, pour les non-adhérents, à l’adhésion.

– Doctorants et étudiants adhérents à la Sfsic 50€
– Doctorants et étudiants non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 76€
– Enseignants chercheurs adhérents à la Sfsic : 72€
– Enseignants chercheurs non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 125€

Les modalités de paiement acceptées sont :
– un bon de commande, mandat administratif ou chèque, à l’ordre de SFSIC, à envoyer à Trésorerie de la Sfsic à l’attention de Claire Scopsi – 75 bd Barbès – 75018 PARIS
– un virement bancaire : IBAN crédit agricole: FR76 1820 6002 8965 0050 5594 020 – BIC AGRIFRPP882
Pour toute question concernant l’inscription ou le paiement : claire.scopsi@cnam.fr

Ecole d’été cartographie-visualisation: 3-5 juillet, Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les inscriptions à l’école d’été de cartographie et de visualisation sont ouvertes : http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

Cette école d’été se tiendra à l’Enssib du lundi 3 juillet au mercredi 5 juillet inclus.

Elle permettra un riche débat entre géographes, physiciens, informaticiens, et aussi historiens, épistémologues, mathématiciens, sociologues, artistes sur les points suivants: apports heuristiques de la cartographie et des outils de visualisation, usage de la preuve graphique dans un raisonnement, risques de réification d’un phénomène complexe à partir d’une représentation. L’histoire de ces débats (récurrents en sciences dites sociales comme dites exactes) et leur incidence sur le développement des disciplines seront aussi abordées. Enfin, une juste place sera accordée aux non-universitaires qui usent aujourd’hui habilement des outils de visualisation/représentation et de leurs bibliothèques pour donner à voir le monde.

Les conférences et présentations originales seront complétées de tables rondes et d’ateliers spécifiques dédiés à la production de cartes et graphiques, à leur sémiologie, à leurs esthétiques.

Le programme détaillé est en cours de finalisation. Si vous en avez la possibilité, vous êtes grandement invités à participer aux 3 journées.

Vous avez accès à la présentation de cette école d’été et à la liste des intervenants en consultant la page http://barthes.enssib.fr/ECV-2017/

Cette journée est financée par l’IXXI, avec le vif soutien de l’Enssib, et croise les thèmes de recherche de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens et du RAIL.

L’inscription est gratuite, mais nécessaire, afin de faciliter le travail du comité d’organisation:
http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

Appel à participation au Hackathon ESOBD

Le Hackathon ESOBD (l’Écriture Scientifique Orientée Base de Données) vous propose de travailler à partir d’un corpus de données issu d’un projet de recherche afin de développer des prototypes de scénarios, interfaces, visualisations ou jeux innovants. Il s’inscrit dans une perspective de réflexion plus large autour des questions du recours à l’open data et aux visualisations de données dans le contexte universitaire.

Le hackathon gravite autour de 3 projets liés à l’univers de la recherche dont les thématiques sont clairement distinctes (la bibliothèque, la comédie musicale, l’université). Ces projets ont été conçus selon une même méthodologie et présentent une architecture technique similaire (un cœur applicatif Symfony3, une BD MySQL, des visualisations réalisées avec D3.js, et une API constituée de webservices fournissant du JSON).

 Les 3 projets issus du monde de la recherche

Le projet Prévu interroge le prêt en bibliothèque par la visualisation, au sein de différents scénarios, des données d’usage de SCD universitaire et de bibliothèques municipales. [http://prevu.fr/]

Le projet MC2  permet de replacer le film Musical hollywoodien en Contexte Médiatique et Culturel par la visualisation et l’interrogation de données produites par des chercheurs en cinéma.[http://mc2.interlivre.fr/]    

Le projet Cartographie de la COMUE Hesam propose de visualiser les compétences des membres de communauté d’universités des Hautes Écoles Sorbonne Arts et Métiers université (Hesam).  [http://carto-hesam.eu]

Continuer la lecture de Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

« Des usages des dispositifs socionumériques à la reconfiguration des identités professionnelles » – Soutenance HDR de Jean-Claude Domenget en SIC

Soutenance HDR  – Jean-Claude Domenget

Le mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 71ème section du conseil national des universités soumis par Jean-Claude Domenget, sous l’intitulé « Des usages des dispositifs socionumériques à la reconfiguration des identités professionnelles : une approche des temporalités en SIC », repose en partie sur un travail de synthèse des recherches passées et présente des pistes novatrices, articulant l’analyse des usages de dispositifs socionumériques et la reconfiguration des formes identitaires professionnelles, sous l’angle des temporalités en Information – Communication. Ce mémoire s’inscrit ainsi dans les nouvelles perspectives sur les usages en proposant notamment un cadre conceptuel élargi autour de la plasticité, de l’instabilité et de la fragilité, afin de construire une troisième topique de la sociologie des usages. Il avance ensuite, au croisement des SIC et de la sociologie des groupes professionnels, une problématisation de la construction d’une identité professionnelle numérique, elle-même rapportée à la professionnalisation dans les métiers de la communication. Un angle d’analyse est privilégié : l’approche temporaliste des phénomènes info-communicationnels. Enfin, ces trois thématiques sont ancrées dans un renouvellement des domaines de la recherche, transformés par le numérique. Les changements analysés sont donc transversaux à quatre axes de recherche autour desquels le programme s’articule : les usages professionnels des médias socionumériques, la reconfiguration des formes identitaires professionnelles, les temporalités en Information – Communication et le « tournant » du numérique.

Informations pratiques

La soutenance publique aura lieu le vendredi 2 Juin 2017 à 15h
à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3 – Sciences Humaines et Sociales, au 
Domaine Universitaire du Pont-de-Bois, bâtiment B – salle B2. 273.

Le jury est composé de :

M. Patrice DE LA BROISE, Professeur à l’Université de Lille 3. Garant

Mme Florence MILLERAND, Professeure à l’Université du Québec à Montréal. Canada

M. François LAMBOTTE, Professeur à l’Université Catholique de Louvain. Belgique

M. Jacques WALTER, Professeur à l’Université de Lorraine

M. Alain LAMBOUX-DURAND, Professeur à l’Université Bourgogne Franche-Comté

M. Nicolas PELISSIER, Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche : tel est le thème qui sera abordé le 18 octobre au cours de la journée d’étude du 47ème congrès de l’ADBU.  Les services d’appui à la recherche font partie intégrante des missions dévolues aux bibliothèques universitaires. Ils connaissent un essor important ces dernières années, du fait de l’apparition, avec le numérique, de nouveaux objets de production et diffusion scientifiques (blogs, réseaux sociaux de la recherche, carnets de recherche numérique, etc.), ou de la massification et de la facilité de manipulation accrue d’objets plus traditionnels, comme les données de la recherche.

Contrairement aux supports analogiques, la bonne gestion de l’information digitale impose de penser dès leur production le cycle de vie des objets produits, au risque, très rapidement, de ne plus être à même de les manipuler, de les conserver, d’en maîtriser la diffusion et les réutilisations potentielles. Le numérique change donc qualitativement et profondément la donne, le bibliothécaire ne peut plus être à la fin de la chaîne de la production du savoir.

Les professionnels de la documentation se retrouvent ainsi désormais de plus en plus au cœur des projets de recherche des établissements, là où la science est produite. Acteur reconnu dans le cadre de constitutions de corpus ou de réponses aux appels à projets, le bibliothécaire, s’il n’est pas un chercheur et reste bien un bibliothécaire, n’en est pas moins de plus en plus étroitement associé au processus de la production scientifique, au sein-même des équipes de chercheurs, ou de son évaluation  et du pilotage scientifique, à travers son expertise scientométrique.

Continuer la lecture de Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU