Colloque ÉCRiDiL à Montréal – 30 avril- 1er mai 2018 : « Le livre, défi de design : l’intersection numérique de la création et de l’édition”.

Le CRIHN, Centre de recherche inter-universitaire sur les humanités numériques,  co-organisent la deuxième édition du Colloque ÉCRiDiL colloque ÉCRiDiL, « Écrire, éditer, lire à l’ère numérique », de 2018 qui se tiendra à Montréal sur le thème « Le livre, défi de design : l’intersection numérique de la création et de l’édition”.
Le  colloque ECRiDiL étudie sans les séparer les trois usages fondamentaux de la chaîne du livre (ÉCRire, éDIter, Lire) à partir de la culture de l’innovation par le design, dans l’esprit de l’innovation sociale et numérique.

Appel de propositions d’interventions :

Après plus d’une décennie d’expérimentations sur le livre numérique (depuis les premières liseuses et l’adoption du standard epub), les discours soutiennent soudain l’idée d’une certaine faillite de la révolution annoncée pour le livre dans un contexte numérique, à grands renforts d’études, par exemple, sur la préférence des jeunes pour les livres sur support papier. C’est pourtant là faire l’impasse de transformations profondes dans les pratiques de production et de consommation du livre aujourd’hui – depuis le succès de la plateforme Kindle d’Amazon, de nouveaux modes de circulation du savoir scientifique (pensons à l’enjeu du libre accès et de la structuration des contenus), les nouvelles formes numériques de diffusion de la culture, jusqu’aux statistiques impressionnantes d’adhésion au prêt numérique d’ouvrages dans les bibliothèques publiques. S’il y a certainement une conception conventionnelle du livre qui persiste dans les esprits et les préférences des lecteurs (rattachée à son acquisition, à sa manipulation, à sa possession physique sous forme de codex), un examen du spectre large des manifestations du livre aujourd’hui ne peut écarter une pénétration avérée du numérique dans ses modalités d’existence. Au cœur de ce colloque s’inscrit un questionnement fondamental et transversal : qu’est-ce qu’un livre ? Comment est-il appelé à se transformer en contexte numérique ?
S’inscrivant dans un esprit d’innovation – celui des formes et des pratiques, mais aussi celui des processus et des méthodes –, l’édition 2018 du colloque ÉCRiDiL souhaite prendre appui sur les expérimentations de la dernière décennie pour mieux se projeter dans un avenir qui, bien que spéculatif, permettra aux acteurs du monde du livre d’envisager de nouvelles voies pour la création, l’édition et la diffusion. La rencontre de praticiens (éditeurs, écrivains et designers), de chercheurs et d’acteurs de l’expérimentation (graphique, multimodale,  logicielle) se placera sous l’égide de la pensée du design, conduite par les facteurs humains et les finalités sociales, afin d’exploiter les potentialités de la forme et de « l’expérientialité » du livre, de ses mises à l’épreuve et d’un examen critique de sa performance. Si la réflexion sur les modes de circulation du savoir et des contenus ne peut plus faire l’économie du contexte numérique et d’une large vision des digital humanities qui viennent l’éclairer, leur incarnation concrète dans des projets, des prototypes et des coups de sonde appelle à une exploration large, autant rigoureuse que visionnaire, des possibilités existantes et futures pour le livre – dont la définition demeure résolument au cœur de cet événement.

Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Isabelle Sperano est enseignante-chercheure dans le Master architecture de l’information à l’ENS de Lyon. Ses activités d’enseignement et de recherche portent sur l’UX design et l’architecture de l’information. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation, à l’organisation et au design de l’information dans des environnements numériques de grande ampleur. Cet article présente une partie des résultats d’une étude conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat en architecture de l’information à l’école de design de l’Université Laval (Québec) portant sur l’évaluation de la qualité des contenus numériques.

Depuis une vingtaine d’années, le Web s’est imposé comme média privilégié par une variété d’organisations (instances gouvernementales, entreprises, organismes, etc.) pour transmettre une quantité substantielle d’informations à leurs destinataires. La mise en place adéquate de ces imposantes structures informationnelles dépend, entre autres, de spécialistes de l’information et de la communication de divers champs d’expertise, dont l’architecture d’information (AI). Dans la mesure où l’accès à une information particulière constitue l’objectif principal d’une majorité d’activités de recherche sur le Web, ces spécialistes portent normalement une grande attention au contenu présenté. Pour ce faire, différentes méthodes visant à mieux appréhender le contenu ont vu le jour depuis quelques années. L’audit de contenu est l’une d’elles.

 L’audit de contenu

L’audit de contenu est une méthode d’évaluation du contenu d’un site Web ou d’un écosystème informationnel plus vaste (réseaux sociaux, applications, infolettre, etc.). Elle rend possible l’identification, le dénombrement, la description et surtout l’évaluation de chaque élément de contenu et de ses caractéristiques respectives (Jones 2010; Land 2014; Martin et Hanington 2012). Concrètement, cette méthode consiste à confronter chaque contenu – chaque « page » dans le cas d’un site Web – à une liste de critères d’évaluation sélectionnés par l’auditeur. Tout au long de son examen diagnostique, l’auditeur note ses observations et consigne ses constatations dans une grille.

Conduit adéquatement et avec rigueur, l’audit de contenu constituerait un outil indispensable à la révision ou à la conception d’un écosystème informationnel (Bloomstein 2012; Pernice 2015). Cette méthode d’analyse rétrospective du contenu et de la structure informationnelle non seulement permettrait de cerner l’étendue et l’ampleur d’un écosystème informationnel, mais contribuerait aussi à engager des discussions et à susciter des débats entre les différents acteurs d’un projet numérique. Cet examen approfondi rendrait possible l’identification de lacunes à corriger (ex. : redondance du contenu, faible qualité rédactionnelle, manque d’actualisation, faiblesses structurelles) et révélerait corrélativement l’ampleur des problèmes à résoudre (Halvorson et Rach 2012; Land 2014). En outre, l’audit de contenu rendrait possible l’anticipation de certains problèmes (contenus jugés trop sensibles, lesquels ne devraient pas apparaître sur le Web, faiblesses dans la chaîne éditoriale, etc.) (Halvorson et Rach 2012). De par sa capacité à mettre en lumière différents paramètres du contenu sinon imperceptibles au concepteur, et ce, dès le début d’un projet d’AI, l’audit de contenu influencerait grandement, selon plusieurs auteurs (Halvorson et Rach 2012; Kissane 2011; Spencer 2010), la réussite des étapes subséquentes d’une démarche d’AI (organisation de l’information, conception de la navigation, etc.).

Continuer la lecture de Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Journées « Histoire numérique et web sémantique », Brest 9-11 mai 2017

La Maison des sciences de l’Homme de Bretagne, le Centre François Viète, le Lab-STICC, le Centre européen de réalité virtuelle et le LARHRA organisent à Brest en collaboration avec la Maison des sciences de l’Homme de Bretagne du 9 au 11 mai 2017 les journées « Histoire numérique et web sémantique« .

Ces journées sont destinées aux participants du groupe de travail pour la constitution du consortium « Données pour l’histoire ». Ce groupe est ouvert à toute personne intéressée par l’histoire numérique et la modélisation des données, n’hésitez pas à nous contacter :

Aurélie Hess : aurelie.hess@univ-ubs.fr   /   Vincent Alamercery : vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Programme :

Mardi 9 mai

  • 14h-14h30 : Introduction aux journées
  • 14h30-15h15 : Le système d’autorité IdRefFrançois Mistral (ABES équipe IdRef)
  • 15h15-16h00 : La gestion des autorités aux Archives de FranceHélène Zettel (Archives de France)
  • 16h-16h30 : pause
  • 16h30-17h15 : Modélisation et alignement en CIDOC-CRM (présentation en anglais, discussion en français) – George Bruseker (FORTH ICS).
  • 17h15-18h15 : Projet d’extension du CIDOC-CRM pour l’histoireFrancesco Beretta (CNRS LARHRA)
  • 18h15-18h30 : Organisation des ateliers du lendemain

Mercredi 10 mai

  • 9h-12h : Ateliers en parallèle
    • Thématiques communes (mais discussion en petits groupes) : « Quel type de données je souhaite produire ? », « Quelle est la différence entre objets / entités temporelles ? », « Quelles difficultés je rencontre à modéliser mes données avec le CIDOC-CRM ? », dans le contexte de la modélisation des données en CIDOC-CRM / l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire / symogih.org.
  • 14h-14h30 : Bilan rapide des ateliers
  • 14h30-15h30 : Pause et visite du Centre européen de réalité virtuelle
  • 15h30-16h30 : Présentation de l’ontologie MASCARETRonan Querrec (ENIB CERV / Lab-STICC), Sylvain Laubé (UBO Centre François Viète)
  • 16h30-18h : Discussion, l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – animation Francesco Beretta

Jeudi 11 mai

  • 9h-11h30 : Discussion, le consortium et la plateforme en cours de développement : état d’avancement ; programmation des chantiers communs (modélisation et ontologies) ; perspectives et feuille de route ; planification d’une journée d’études en vue du lancement public du consortium.

« Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

Nous republions ici avec l’aimable autorisation de son auteur cet article paru ce jour sur son blog Bibliothèques [reloaded].

J’ai fini récemment Vers de nouveaux catalogues, paru aux Editions du Cercle de la Librairie sous la coordination d’Emmanuelle Bermès (l’introduction est en ligne sur Figoblog).

J’avoue avoir eu un peu de mal à me le procurer : il y avait une file d’attente pour le lire au service de documentation professionnelle interne de la BnF !

L’ouvrage veut rendre compte, à travers l’ensemble de ses contributions (table des matières), de ce que sera l’avenir des catalogues. Le procédé est le suivant : chaque contributeur essaie de rendre compte, à travers un retour d’expérience précis illustrant le propos (la plateforme data.bnf.fr, la FRBRisation des données, le projet SGBm du réseau Sudoc, le futur data lake de l’INA, etc.), de lignes de fond qui permettent d’anticiper ce que seront les catalogues demain.

A un ou deux articles près, l’équilibre, assez complexe à tenir, entre retour pratique et propos plus théorique, est très bien tenu par leurs auteurs. Les exemples donnés sont concrets, mais le propos ne s’en tient pas à dérouler simplement l’histoire : il en tire des conclusions, dégage des grandes logiques.

Continuer la lecture de « Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?