Archives de catégorie : Débat

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Il est évident que les formes de production, de circulation et de légitimation des contenus ont subi dans les dernières années des changements majeurs en raison du développement et de la diffusion des outils numériques. Le web a contribué à donner une importance centrale à l’écriture dans notre société : tout devient écriture. Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place des modèles stables qui nous permettent de comprendre quel est aujourd’hui le rôle de l’édition.

On peut identifier deux tendances contradictoires dans les manières de produire et faire circuler des contenus : celle typique des grandes multinationales du web – on pourrait l’appeler « édition Gafam » en utilisant l’acronyme qui renvoie aux cinq géants Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, mais qui désignerait par extension l’ensemble des grandes entreprises qui dominent le marché numérique – et celle des spécialistes, des professionnels de l’édition et des chercheurs – qu’on nommera ici « édition savante ». L’ édition Gafam  est caractérisée par le fait d’être basée sur les données davantage que sur les documents : les entreprises commerciales sont engagées dans la captation de grandes masses d’informations, peu importe leur structure et leur sens. Ces informations ne doivent pas nécessairement être validées, car c’est leur masse qui est précieuse d’un point de vue économique. De la qualité de l’information, la valeur s’est ainsi déplacée vers la quantité d’information, sur la base de laquelle s’est construit leur modèle économique. Dans cette optique de big data ou de données massives, il est fondamental d’attirer et de rendre captif un nombre très élevé d’utilisateurs. Pour cela, l’édition Gafam concentre ses efforts sur l’expérience de l’utilisateur en offrant des services avant tout simples et performants (rapide), quitte à verser dans la superficialité, au profit de l’attractivité. Son fonctionnement doit être opaque, jusqu’à occulter les aspects techniques, afin que l’utilisateur ne puisse les questionner – l’exemple le plus clair est celui des interfaces Apple. Les usagers s’habituent à ne pas savoir comment la machine fonctionne, à ne pas voir les fichiers, à ne pas avoir accès à la configuration des logiciels. L’édition Gafam doit être efficace et répondre aux pratiques les plus communes. Elle évolue donc rapidement pour rencontrer les besoins et les désirs d’un large public.
Continuer la lecture de Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Des services vraiment orientés usager ? Méthodes de Design UX en bibliothèque – Retour sur la journée d’étude du Congrès ADBU 2016

Cet article est à paraître dans le prochain BBF en ligne.

Quel bibliothécaire n’a jamais rêvé d’offrir à ses usagers  des espaces, des services, des contenus, des interfaces et des relations de qualité pour donner sens à l’exercice de son métier ? Qu’est-ce que l’UX[1] , plus connu en français sous le terme énigmatique d’ « expérience utilisateur » ? Et comment améliorer l’UX de nos usagers peut-il aider la profession à changer la perception qu’elle a de ses publics et lui permettre d’imaginer des services plus en phase avec son époque ?

Tel n’en était pas moins l’horizon d’attente de la journée d’étude du Congrès annuel de l’ADBU[2] qui se tenait à Nice du 4 au 6 octobre et réunissait professionnels de l’IST, décideurs et éditeurs scientifiques, avec le pari audacieux et tenu d’en repartir avec des réponses tangibles.

Le public était au rendez-vous et les réactions nombreuses sur la twittosphère professionnelle. Inaugurée par Carole Letrouit et Nathalie Clot[3],  la journée thématique comprenait deux versants. Le 1er permettait de repositionner les méthodes de design de l’expérience utilisateur dans le contexte porteur de réorganisation fonctionnelle et de stratégie d’établissement. Le second restituait des applications concrètes de la démarche UX dans la conception évolutive des services avec des retours d’expériences français et étrangers et les « success stories » de la profession en la matière. Saluons tout à la fois le format court, le rythme rapide et l’enthousiasme communicatif des interventions proposées au public par des praticiens aguerris aux processus de conception de l’expérience utilisateur en bibliothèques, dont un bon nombre données dans la langue de Shakespeare. De fait, les méthodes liées à l’UX ont d’abord été popularisées en bibliothèque aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves à partir de 2005 et se diffusent aujourd’hui en France et ailleurs.

Quelles méthodologies de design UX pour les bibliothèques ?

Porteurs de cette « maturité » historique, Daniel Forsman[4], directeur de la bibliothèque de l’université de technologie de Chalmers à Göteborg en Suède et Andy Priestner[5], en charge du projet Future Lib de la bibliothèque de Cambridge au Royaume Uni, ont rendu compte des méthodologies de design conduites dans leurs bibliothèques. La mise en œuvre de la méthode Agile[6] dans la réorganisation de la BU Chalmers illustre parfaitement comment l’UX peut faire évoluer le management d’une bibliothèque.

Continuer la lecture de Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne