Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Le colloque international  » La prescription culturelle en question/Investigating Cultural Expertise « , co-organisé par les laboratoires Cimeos (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Geriico (Université Lille 3) et le tout nouveau GEP (Groupe d’Études sur la Prescription) se tiendra à  l’université de Dijon du 5 au 7 avril 2017.

The Changing Roles of Programme Makers, Artistic Directors, Curators and Critics

Appel à communications pour le colloque international organisé par le / Call for papers for an international conference organised by the
Groupe d’Études sur la Prescription à la  MSH de Dijon les 5, 6 et 7 avril 2017.

With the support of / Avec le soutien de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBC) et des laboratoires CIMEOS et GERIICO (Lille 3).

Chercheur-es invité-es / Keynote speakers : Philip Schlesinger (University of Glasgow), Tia DeNora (University of Exeter, par visioconférence), Ghislaine Chartron (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris).

En savoir plus sur le site du SFSIC.

Un peu d’histoire(s) / A Little HiStory…

L’Europe des 17e et 18e siècles a été le théâtre de ce que l’on désigne usuellement par le terme de Révolution Scientifique, tout à la fois un nouveau régime de connaissance, d’organisation sociale et de rapport au monde. L’une des manifestations les plus significatives de cette cosmogonie s’est traduite par l’essor, la professionnalisation croissante de la sphère scientifique et son corollaire la disqualification des savoirs populaires. En parallèle, les différentes variantes de la philosophie des Lumières, qu’elles soient cartésiennes ou plus expérimentales, ont insisté sur l’importance de l’éducation, l’inéluctabilité du progrès et la fiabilité des savoirs scientifiques. Ce processus de constitution et de légitimation de corps d’experts professionnels s’est approfondi tout au long du 19e siècle et notamment dans ce qu’on appelle communément sphère culturelle ou encore art. Trouvant place dans l’espace public et dans des marchés dédiés, la production, la circulation et la consommation de biens culturels a coïncidé avec l’essor d’une multitude d’organismes (état, musées, bibliothèques, écoles, fondations, galeries, éditions musicales, presse, médias etc.) et de personnes (critiques, historien-n-e-s de l’art, libraires…) chargés de conseiller et de former le public (et les marchés) de l’art.
Une vaste galaxie qui doit être pensée comme un continuum où prennent place tant des prescripteurs que des consommateurs engagés dans des relations donnant lieu à d’incessantes reconfigurations. Tout au long du 20e siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Si ce mouvement a soutenu le développement de métiers et de réseaux de prescription, il a également été accompagné de formes profanes d’expertise, de modalités plus ou moins équipées de médiation du savoir et de la culture, d’une économie informelle du conseil entre pairs. De ce fait, les amateurs-consommateurs ont appris à élaborer et organiser leurs univers artistiques et à faire leurs choix en combinant des formes diverses de prescription – critiques professionnels, littérature académique, médias, participation à des formes collectives d’évaluation, fanzines, conseils d’amis etc. Le développement des dispositifs communicationnels propres à l’Internet et leurs usages ont reconfiguré, disséminé et multiplié les médiations et les formes de prescription. Tout ce faisceau de pratiques brouille ainsi les frontières traditionnelles entre pratiques professionnelles et amateures de la prescription.

 Europe in the 17th and 18th centuries provided the stage for what is commonly referred to as the Scientific Revolution, which was at once a new way of approaching knowledge, social organisation and how we relate to the world. One of the most significant expressions of this cosmogony was the rise and increasing professionalisation of the scientific sphere, and its corollary: the disqualification of popular forms of knowledge. At the same time, the different variants forms of Enlightenment philosophy, whether they were Cartesian or more experimental, stressed the importance of education, the ineluctability of progress and the reliability of scientific knowledge. This process of a body of professional experts being constituted and legitimised developed further throughout the 19th century, in particular within what is usually known as the cultural sphere or the arts. The production, circulation and consumption of cultural goods, which took place in the public space and on dedicated markets, coincided with the rise of a host of organisations (the state, libraries, schools, foundations, galleries, musical editions, press, media etc.) and individuals (critics, art historians, librarians…) responsible for advising and educating art audiences (and markets).
All of this formed a vast galaxy that must be viewed as a continuum along which are positioned both experts and consumers involved in relationships that are incessantly being reconfigured. Throughout the 20th century, at least in countries which had access to these resources, the rise of the performance and music industry, of radio, cinema, television, museums and more generally of communication networks led to a strong diversification of the modes of cultural expertise and their circulation. While this progress promoted the development of expert professions and networks, it also involved lay forms of expertise, approaches involving more or less mediation of knowledge and culture, and an informal world of advice between peers. As a result, amateur-consumers learnt to develop and organise their artistic universes and to make choices by combining various forms of expert recommendations – professional criticism, academic literature, media, participation in collective forms of evaluation, fanzines, advice from friends etc. The development of the communication tools offered by the Internet and the ways in which they are used have reconfigured, disseminated and multiplied mediations and forms of expertise. This entire set of practices thus blurs the traditional boundaries between professional and amateur practices of expertise.

Questions

Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise. Pour cela, nous proposons une série de questions et d’hypothèses afin d’aborder de façon panoramique et ouverte la prescription culturelle :
Tout d’abord, comment définir la prescription culturelle ? S’agit-il plutôt d’un échange d’informations, de connaissances, de formes spécifiques d’expertise, de critique journalistique ou académique, de recommandations normatives ou d’injonctions commerciales, d’actions et de techniques qui soutiennent des réputations voire des marques ? Peut-on (ou pas) articuler ces différentes entrées ou étapes ? Que nous disent ces différentes déclinaisons du périmètre même de la culture ? Comment les différentes approches disciplinaires -information et communication, media studies, sociologie, histoire des arts, humanités numériques- contribuent-elles à nous informer sur ces processus ?
En deuxième lieu, se pose la question de savoir qui délivre ces prescriptions et dans quels espaces ? S’agit-il d’institutions, d’entreprises, de médias, de personnes particulières, de groupes sociaux (les fans d’une série TV regroupés sur la toile), de dispositifs techniques (le programme de saison d’un théâtre, des moteurs de recherche, des préconisations algorithmiques d’achats sur la toile), de productions artistiques (un film, une série télévisée, un disque de David Bowie) ? Comment décrire et qualifier les spécificités de ces différentes entités. Peut-on repérer des langages, des objets, des canaux d’information, des discours qui seraient privilégiés par tels ou tel type de prescription ? S’agit-il essentiellement de gate keepers dont la fonction consisterait à sélectionner, et donc à éliminer, les bons produits ? Qu’en est-il de l’efficience de ces différents prescripteurs et peut-on les comparer ?
Troisièmement : qu’en est-il de la relation qui unit prescripteurs et destinataires ? Comment décrire les interactions, les formes d’appropriation, les usages des contenus prescrits à l’échelle individuelle ou collective ? Comment apprécier la dimension prescriptive des groupes de fans, des communautés d’usagers, et plus généralement des formes de mutualisation de savoirs, en et hors ligne. Peut-on considérer que ces interactions infléchissent les modalités même de la prescription ? L’analyse comparée des dispositifs de prescription d’avant et d’après le Web permet-elle de repérer des transformations dans les processus cognitif ou décisionnel? Quelles formes de résistance, de détournement et d’autonomie le consommateur/amateur/public manifeste-t-ilà l’égard de ces différents dispositifs ?
Ensuite, dans un monde d’hyperchoix culturel comment les consommateurs/trices s’y prennent-ils/elles pour repérer les prescripteurs capables de les orienter ? Quelles sont les modalités selon lesquelles les usagers accordent leur confiance à des prescripteurs ? Quels types de pratiques informationnelles et quels objets sont ainsi mobilisés sur et hors la toile ? Dans un contexte d’extension du Web, comment analyser la place respective des pratiques professionnelles et amateures d’une part, et leurs relations, d’autre part ?
Enfin, compte-tenu des ces pratiques et de leurs transformations, qu’est-ce que la prescription culturelle nous dit de la culture, de ses modes de diffusion, de consommation, de ses différentes incarnations ?

This conference aims to describe, discuss and analyse various forms of cultural expertise, be they traditional or emerging ones, within the present context of increasing globalisation and of a crisis of expertise. In order to do so, we are putting forward a series of questions and hypotheses aimed at approaching cultural expertise in a wide-reaching and open manner:
First of all, how should we define cultural expertise? Is it more of an exchange of information, of knowledge, of specific forms of expertise, of journalistic or academic criticism, of normative recommendations or commercial injunctions, of actions and techniques that promote reputations or even brands? Can we articulate (or not) these various ways in or stages? What can we learn from these various definitions of the very perimeter of culture? How do approaches from different academic disciplines – information and communication, media studies, sociology, art history, digital humanities – contribute to informing us about these processes?
Then comes the question of knowing who issues these expert recommendations and within what spaces? Are they institutions, companies, media, particular individuals, social groups (the fans of a TV series coming together online), technical instruments (a theatre season programme, search engines, online algorithms recommending particular purchases), artistic productions (a film, a TV series, a David Bowie record)? How can we describe and quantify the specificities of these various entities? Can we identify particular languages, objects, information channels or discourses that might be privileged by such or such a type of expertise? Are we essentially dealing with gatekeepers whose function would be to select the “right products”, and therefore eliminate the “wrong ones”? What about the efficiency of these various experts, and can we compare them with each other?
Thirdly: what of the relationship between experts and the recipients of their expertise? How can we describe the interactions, forms of appropriation, and uses of expert recommended contents at the individual or collective scale? How should we evaluate the role played in this generation of expertise by groups of fans, communities of users, and more generally by forms of knowledge sharing, both on and offline? Can we take the view that these interactions have an impact on the very forms of expertise? Can a comparative analysis of systems of expertise dating from before and after the internet allow us to identify changes in the cognitive or decision-making process? What forms of resistance, misappropriation and autonomy are displayed by the consumer/amateur/general public in the face of these various systems?
Next, in a world of cultural hyperchoice, what strategies do consumers employ to identify the experts who might be able to direct them? According to what standards do users place their trust in particular experts? What types of information practices and what objects are thus mobilised on and offline? Within the context of an expanding Internet, how can we analyse the respective positions of professional and amateur practices on the one hand, and the relationships between them on the other?
Finally, given these practices and their transformations, what does cultural expertise tell us about culture, its modes of dissemination and consumption, and about its various incarnations?

Suggestions

À partir de ces différentes pistes, des communications sont attendues qui donneraient à voir et à comprendre ce que l’on pourrait appeler la chaîne de prescription, c’est-à-dire l’ensemble des acteurs, des techniques, des discours et leurs interactions qui donnent corps à une ou des prescriptions. Par exemple, un blog culturel implique non seulement un bloggeur, une blogosphère, des internautes mais aussi des commentaires, des liens, des contenus récurrents, un lay-out, un fournisseur d’accès, des sites de recensement, la mesure de l’audience et de la notoriété sur la toile etc. Considérer la prescription comme une série d’interactions amène probablement à s’interroger également sur la façon dont les prescripteurs sont (in)formés et à s’intéresser aux façons dont les usagers analysent et discutent leurs propres relations aux productions artistiques. On pourra également s’intéresser aux formes locales et courantes du “bouche-à-oreille” qui constituent des modalités plus ou moins formalisées de prescription et sont à prendre en compte dans l’analyse de la chaîne de prescription.
Et encore, ne peut-on pas considérer une prescription culturelle comme une épreuve, c’est-à-dire non seulement comme une situation où l’efficience du prescripteur et la confiance de l’usager sont à chaque fois remises en jeu mais aussi un espace où des valeurs et des convictions sont mobilisées. Une épreuve dont la consistance et le sens embarquent des pratiques, des relations, des séquences d’action orientées comme des moments de tâtonnement improductifs, donc des temporalités multiples. Dans cette acception, des communications sur la temporalité spécifique de la prescription culturelle seraient les bienvenues.
D’une façon générale, toute approche comparatiste visant à mettre en rapport des formes de prescription culturelle avec d’autres (par exemple juridique ou médicale) serait la bienvenue. Enfin, et toujours dans une perspective comparatiste, des travaux traitant des différences d’énonciation et de pratiques dans différents pays enrichiraient très certainement les perspectives de ce colloque.
Bien entendu cette liste de suggestions n’est pas exhaustive et le comité prêtera attention à toute autre proposition.
Des propositions de panels ou de posters sont également les bienvenues.
Le colloque est ouvert à toutes les disciplines et aux approches transversales voire indisciplinaires.

Based on these various leads, we are looking for papers that will illustrate and help us to understand what we might call the chain of expertise, meaning the entire set of players, techniques, discourses and the interactions between all of these that give rise to one or several expert recommendations. For example, a cultural blog does not just involve a blogger, a
2blogosphere and internet users, but also comments, links, recurrent content, a lay-out, an access provider, indexing sites, measuring the audience and the online reach etc. Viewing expertise as a series of interactions will probably lead us to also interrogate the way in which experts are (in)formed and to examine the ways in which users analyse and talk about their own relationships to artistic products. We might also examine local and common forms of “word-of-mouth”, which constitute more or less formalised modes of expertise and should be taken into account in an analysis of the chain of expertise.
Furthermore, might we not view cultural expert recommendation as a trial, meaning not just a situation where the efficiency of the expert and the trust of the user are tried anew each time, but also a space within which values and convictions are mobilised – a trial whose consistency and meaning bring into play practices, relationships, and action sequences taking the form of moments of unproductive trial and error? In this sense, we would welcome papers investigating the specific temporality of cultural expertise.
Generally speaking, we would welcome any comparative approach aiming to contrast forms of cultural expertise with other forms of expertise (legal or medical, for example). Finally, and still within a comparative perspective, works dealing with the differences in terms of articulation and practices in various countries would certainly enrich the perspectives opened up by this symposium.
Of course, this is not intended as an exhaustive list of suggestions, and the committee will take into consideration any other proposals.
Proposals for panel discussions or posters are also welcome.
The symposium is open to all disciplines and to transversal or even indisciplinary approaches.

FORME ET DATE LIMITE DE REMISE DES PROPOSITIONS /
PROCEDURE AND DEADLINE FOR SUBMITTING PROPOSALS

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 3000 signes maximum en français ou en anglais, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (statut, rattachement à une institution, laboratoire de rattachement, adresse email). Les propositions présenteront la problématique de recherche, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques. Elles seront transmises avant le 25 novembre 2016 aux adresses suivantes : francois.ribac@u-bourgogne.fr et fabrice.pirolli@univ-lemans.fr
Le comité d’organisation répondra par email le 15 décembre au plus tard.
Le colloque se déroulera en français et en anglais et il est demandé à chaque intervenant-e d’accompagner sa communication d’une présentation de type Power Point en anglais, comprenant au moins les titres de sa présentation.
Il est prévu de publier dans une revue à comité de lecture un certain nombre de textes issus de communications présentées lors du colloque.

Proposals should take the form of a summary of a maximum of 3000 characters in French or English, to which should be attached a short presentation of the author (status, connection to an institution, laboratory, email address). The proposals must outline the issues examined by the research project, the main lines of thought and the main bibliographical sources. They must be sent before 25 november 2016 to the following addresses: francois.ribac@u-bourgogne.fr andfabrice.pirolli@univ-lemans.fr
The organising committee will respond via email by 15 December at the latest.
The symposium will be held in French and in English, and each speaker is requested to produce a Power Point-type presentation in english for his/her paper, which must include at least the titles of the various sections of his/her presentation.
We are planning to publish some texts based on the papers presented during the symposium in a peer-reviewed journal.

Comité d’organisation / Organising Committee

Groupe d’Études sur la Prescription (GEP) : Brigitte Chapelain, Émilie Da Lage, François Debruyne, Pierre Delcambre, Sylvie Ducas, Catherine Dutheil-Pessin, Fabrice Pirolli, François Ribac.

Comité scientifique / Scientific Committee

Chris Atton (Edinburgh Napier University), Andy Bennett (Griffith University), Jérôme Berthaut (UBC), Mélanie Bourdaa (Université Bordeaux 3), Brigitte Chapelain (Université Paris 13), Émilie Da Lage (Université Lille 3), François Debruyne (Université Lille 3), Pierre Delcambre (Université Lille 3), Sylvie Ducas (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense), Catherine Dutheil-Pessin (Université Grenoble Alpes), Carles Feixa (Universitat de Lleida), Sylvette Giet (Université de Versailles-Saint-Quentin), Frédéric Gimello-Mesplomb (Université d’Avignon), Éric Heilmann (UBC), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine), Sophie Maisonneuve (Université Paris-Descartes), Isabelle Moindrot (Université Paris 8), Fabrice Montebello (Université de Lorraine), Nanta Novello Paglianti (UBC), Fabrice Pirolli (Université du Maine), Philippe Poirrier (UBC), François Ribac (UBC), Paola Sedda (UBC) Sarah Sepulchre (Université catholique de Louvain), Élodie Sevin (Université Lille 3), David Vandiedonck (Université Lille 3).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *