Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Humanités numériques et SIC

La revue RFSIC a consacré son dernier numéro, dans cette optique de distance critique, à un questionnement sur les articulations entre les SIC, disciplines les mieux placées pour rendre compte de la mutation digitale, et le champ des humanités numériques. Moins pour délimiter une éventuelle identité disciplinaire que pour voir ce que les SIC ont à dire des humanités numériques et ce qu’elles apportent de nouveau à la réflexion en SIC.

La journée de la Fulbi s’inscrivait à son tour dans ce contexte de transformation des savoirs, des compétences et des métiers en affichant la même volonté d’explorer les liens des professionnels de l’information aux humanités numériques et d’interroger l’apport des métiers de l’information et du patrimoine aux besoins des chercheurs. Questionnement fort à propos qui a permis à la communauté professionnelle de faire une cartographie des formations en jeu, des acteurs et des nouveaux métiers de l’information au carrefour des humanités numériques.

L’enjeu éducatif

La question de la formation et des compétences figure au cœur des débats actuels[4], après celle du périmètre scientifique et des communautés de pratique[5] . À l’évidence, les formations aux métiers de l’information et à la culture numérique, elles aussi en plein renouveau, ont à voir avec ce nouveau champ de recherche. L’expérience historique des professionnels de l’information en matière de traitement de l’information, capitale pour les pratiques méthodologiques et l’exercice des humanités numériques, légitime non seulement leur voix au chapitre mais invite la profession à une prise de conscience de ses atouts pour jouer sa partition et soutenir des projets scientifiques de cet acabit. Saluons ainsi cette journée qui rappelait opportunément la place et le rôle des professionnels de l’information dans l’écosystème des humanités numériques, fussent-ils, tel Monsieur Jourdain, des humanistes numériques « sans le savoir ».

La première partie de la journée a permis de rencontrer ceux – chercheur, bibliothécaire et archiviste – qui font des humanités numériques en toute connaissance de cause, tandis que la table ronde de l’après-midi, animée par les principaux acteurs de la formation professionnelle, présentait la carte des compétences, nouveaux débouchés et cursus qu’elles génèrent pour les professionnels de l’information et du patrimoine. La journée s’est close par la présentation du service de la BnF dédié à la modélisation des données.

Replacer les humanités numériques dans l’histoire longue de la documentation

Le regard historique d’Olivier le Deuff[6] a permis de prendre le recul nécessaire pour replacer le mouvement des humanités digitales – que préfigure dans les années 70 la pratique du digital computing par les pionniers américains de l’encodage de corpus – dans une histoire bien plus longue des techniques, qui précède l’informatique. En effet, il n’est pas inutile de rappeler que l’habileté des professionnels de l’information à gérer le traitement et l’accès du document remonte au moins à la tradition médiévale[7]. Comme le dit Benjamin Caraco dans un article qui fait date[8], l’alliance est scellée depuis longtemps entre les digital humanities et les bibliothèques. Nul besoin non plus de définir les humanités numériques par une rupture épistémologique réservée à quelques initiés qui ferait table rase du passé. Tout au contraire, l’ouverture de cet espace de rénovation des SHS, de partage de méthodes et d’outils en mode collaboratif, permet de penser l’inclusion des technologies dans une continuité et une hybridation des territoires et des métiers ; c’est aussi ce moment de mutation identitaire qu’a choisi la bibliothèque, dans sa conception anglo-saxonne du digital center[9], pour repenser modèle, métiers et lieux de savoirs : conçue comme un centre pour « faire » des humanités digitales, au carrefour d’une pluralité de compétences métiers, la bibliothèque des humanités numériques est avant tout un milieu de savoirs et un terrain de médiation. L’enquête Hubic de 2015 auprès de la communauté professionnelle pour identifier une « littératie » des humanités numériques et dresser une cartographie des compétences a confirmé le rôle essentiel des professionnels de l’information dans ce nouveau paysage de la recherche.

C’est également dans un souci pédagogique et inclusif qu’Etienne Cavallié, alors responsable du département Sidoc du SCD de Nice, engage avec Olivier Legendre, conservateur du SCD de Clermont-Ferrand, et les chercheurs Frédéric Clavert et Dana Martin[10] un projet de mode d’emploi sur les humanités numériques. Adressé aux chercheurs comme aux professionnels de l’info-doc, l’objectif du manuel est de rendre compte de manière pragmatique du concept commun à ces deux professions et de mettre l’accent sur la démarche projet et la méthodologie d’appropriation des outils. Le projet éditorial de cette publication en 2 tomes, qui illustre de facto la collaboration entre ces deux communautés professionnelles, naît du constat que la mention « numérique » pour qualifier cette nouvelle pratique de recherche en SHS n’aura à terme plus de sens ; les « humanités » absorberont cette dimension à l’instar du Web avec le web 2.0 ; mais, durant cette phase de transition, il revient aux professionnels de l’information de « structurer » la formation, d’établir des référentiels, de cadrer des gestions de projets, de soutenir enfin les besoins des chercheurs en identifiant les compétences stratégiques aux projets des humanités numériques. Seule une démarche d’équipe où se conjuguent les savoirs du bibliothécaire, de l’ingénieur informaticien et du chercheur permet de faire face aux difficultés méthodologiques et de produire une connaissance commune à partir d’une pluralité d’exploitations possibles d’un même corpus. Le témoignage de l’archiviste et historien Jean-Philippe Legois[11] venu exposer le projet d’archivage des mouvements étudiants porté par une équipe d’experts au fait des protocoles numériques – notamment audiovisuels – et des formats d’encodage, donnait une illustration concrète de l’apport précieux des archivistes à l’édifice des humanités numériques.

Panorama des formations et des métiers

La table ronde, animée par Michel Remize[12], proposait de découvrir trois formations adaptées aux enjeux des humanités numériques pour les professionnels de l’information et du patrimoine et d’identifier les débouchés, métiers et cadres d’emploi.

Ghislaine Chartron, professeure en SIC et directrice de l’INTD, a d’abord présenté la formation diplômante de Chef de projet en ingénierie documentaire et gestion des connaissances du Cnam qui s’adresse à des étudiants de niveau bac + 4 mais aussi aux professionnels en poste qui souhaitent évoluer. L’objectif est d’acquérir une polyvalence, fondée sur une maîtrise des SI et des nombreux dispositifs documentaires et savoir-faire technologiques, pour être en mesure de piloter une stratégie numérique appliquée au management de l’info-doc et des connaissances dans des contextes professionnels variés, à l’interface des besoins utilisateurs et des organisations, de la stratégie digitale et du management. Le spectre d ’emploi est large et les applications de l’ingénierie documentaire, par exemple dans les biotechnologies, débordent les seules SHS, sans compter les effets d’époque sur les offres d’emploi, dont les intitulés sont revisités à la mode plus « marketing » des humanités numériques. Ainsi par exemple du métier de documentaliste de plus en plus remplacé dans les offres d’emploi par celui de knowledge manager.

Bernadette Dufrêne, responsable du master Médiation culturelle, Patrimoine et numérique de Paris 8, expose pour sa part les objectifs scientifiques de ce 1er master professionnel et inter-universitaire[13] à proposer une double compétence, patrimoniale et muséologique, couplée aux technologies numériques de la documentation et de l’archivage. Les débouchés professionnels se trouvent plutôt dans les équipements culturels et patrimoniaux où la demande de médiateurs en contexte numérique est importante.

Dernière formation spécialisée avec, là aussi, un double volet recherche et dispositifs techniques du document numérique, le master Technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, dont le responsable pédagogique Jean-Baptiste Camps a explicité les prérequis d’admission pour le M1[14], au niveau licence d’histoire, et pour le M2, après l’obtention de la 1 ère année. Comme pour les deux autres masters, le stage effectué par les étudiants est un moment d’acquisition clef de la formation, d’autant que l’École des chartes propose des conventions à l’étranger, par exemple avec l’Ebsi de Montréal. La majorité des débouchés se trouve dans le secteur des archives et un tiers dans les bibliothèques avec là encore un label « digital humanities » plus ou moins présent dans l’intitulé du poste d’emploi selon le domaine d’activité.

Humanités numériques : formations, métiers et débouchés pour les professionnels de l’information et du patrimoine

tableau des formations


Notes biblio

[1] Le colloque « De l’archive aux données massives », organisé les 30 et 31 mars 2016 par les universités Paris 13 et Paris 3,  abordait toute une série de questions autour des enjeux et pratiques universitaires en humanités numériques.

[3] Tels Milad Doueihi dans son ouvrage Pour un humanisme numérique (Seuil, 2011) ou Marcello Vitali Rosati dans l’essai Une philosophie du numérique (Sens-Public, 2011).
[4] Colloque international EDCAMP de septembre 2016, « Les Humanités numériques pour l’éducation ».
[5] Voir le colloque DHnord 2015, « Humanités numériques : recherches et pratiques », et  l’intervention de Martin Grandjean, porte-parole d’Humanistica, l’association francophone des Humanités numériques : « Les Humanités numériques dans l’espace francophone : une communauté qui se structure ».
[6] Les travaux d’Olivier Le Deuff, chercheur en SIC à l’université de Bordeaux se situe à la croisée de la documentation, des bibliothèques et des humanités numériques. Il anime en 2013 un atelier au ThatCamp de St Malo sur le lien entre les humanités numériques et les bibliothèques où il plaide pour un rapprochement entre les deux communautés. Il est l’auteur d’un ouvrage décisif sur la transformation des SHS, Le temps des humanités digitales, paru chez FYP éditions  en 2015. Un compte rendu du ThatCamp est disponible sur la revue du Bulletin des Bibliothèques de France.
[7] Dès le 13e siècle, Saint Thomas d’Aquin adopte des approches méthodologiques d’indexation de corpus. Quant à l’hypertexte, on en trouve la préfiguration bien avant l’invention technologique de Vannevar Bush dans les travaux du documentaliste belge Paul Otlet.
[8] Benjamin Caraco. « Les digital humanities et les bibliothèques ». Bulletin des bibliothèques de France, 2012, n° 2, p. 69-73.
[9] Cf. Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques d’Elydia Barret, « Quel rôle pour les bibliothèques dans les humanités numériques ? »,  Enssib, 2015.
[10] Fréderic Clavert est spécialiste de l’histoire contemporaine à l’ère numérique à l’université de Lausanne et Dana Martin est germaniste à l’université de Clermont-Ferrand.
[11] Président de la Cité des mémoires étudiantes et ancien président de l’Association des archivistes français.
[12] Michel Remize est rédacteur en chef d’Archimag.

[13] Cette formation à orientation professionnelle créée en 2011 et co-habilitée par les universités de Paris Ouest et de Paris 8 a été classée « Initiative d’excellence en formations innovantes » (IDEFI), dans le cadre du programme national « Création et technologies de l’information et de la communication » (CréaTIC).

[14] Le master 1 a ouvert en 2006 et la 2e année l’a été l’année suivante.


Cet article, reproduit ici avec l’autorisation de diffusion de l’ADBS, est paru dans le numéro 2 de la revue de l’ADBS , I2D, n° 2, juin 2016. Dossier : «Web de données et création de valeurs : le champ des possibles».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *