Humanités digitales et bibliothèques entre transformations et formations

Olivier Le Deuff est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. Il a publié aux Presses de l’Enssib, La documentation dans le numérique. Il s’intéresse particulièrement à la question des humanités digitales depuis quelques années. Il a publié tout récemment dans le dernier numéro de la Revue française des Sciences de l’information et de la communication un article collectif sur « Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités« .

En parallèle de la parution d’un article plus complet sur la question des humanités digitales et des bibliothèques dans le BBF, nous proposons ici une première analyse des résultats du projet Hubic (Humanités digitales et bibliothèques). Nous souhaitons montrer quels sont les points clefs à mettre en avant notamment pour envisager la transformation des bibliothèques en milieux de savoirs. Nous adopterons ici un ton quelque peu plus libre que dans l’article à venir et nous permettrons des préconisations finales puisque le lieu s’y prête et que notre culture blog issue de nos 16 années du Guide des égarés nous a habitué à le faire.

Des besoins de formation

Des besoins de nouvelles compétences apparaissent notamment, car les objectifs des bibliothèques évoluent. Il ne s’agit donc pas seulement de prêter des livres comme tentent trop souvent de l’y réduire certains discours. La bibliothèque devient un lieu qui mêle le savoir et le faire, la documentation et la production. De la même manière, les professionnels des bibliothèques n’y sont pas restreints dans cette seule enceinte, mais agissent en dehors et c’est tant mieux. Pas étonnant dès lors que ce sentiment d’une évolution professionnelle apparaît fortement chez les répondants de notre enquête (tableau 1).

Tableau 1. Pensez-vous que les projets type humanités digitales modifient les compétences et les profils des professionnels des bibliothèques et de la documentation ?
(Évaluez ce changement de 1 à 5, 5 correspondant à une évolution maximale)

  Décompte Pourcentage
1 3 2,42 %
2 7 5,65 %
3 33 26,61 %
4 54 43,55 %
5 27 21,77 %
Somme (réponses) 124 100,00 %

Dans cette inclusion au sein des projets en humanités digitales, les besoins concernent des compétences au niveau de la numérisation, du traitement et de la conservation des données, mais aussi de la valorisation, de l’interopérabilité et de la capacité à travailler avec les chercheurs, mais également des prestataires.

Trois domaines principaux se distinguent :

  • Une culture documentaire et bibliothéconomique qui repose sur une culture technique élargie afin de pouvoir gérer les différents systèmes de métadonnées, comprendre les formats ainsi que les logiciels dédiés et professionnels disponibles.
  • Une culture digitale qui ne peut se résumer à une culture informatique. En cela, nous préférons d’ailleurs désormais parler de culture digitale plutôt que de culture numérique. À ce niveau, cette culture permet de faire des choix en matière de logiciels, de supports, mais aussi d’innover. Cela va bien au-delà des usages et prend en compte une volonté d’expérimenter avec une approche sociotechnique.
  • Une culture organisationnelle basée sur la gestion de projets. Il s’agit ici de savoir diriger tout ou partie d’un projet ou tout au moins de savoir y prendre part pour placer les compétences des bibliothèques dans le cas des projets en humanités digitales. Nous pensons ici que ce troisième point ne peut être découplé des deux précédents, c’est-à-dire que la capacité managériale classique ne peut fonctionner sans les deux cultures précédemment citées.

TthatCamp2013-St-MaloAttardons-nous un peu plus sur cette question organisationnelle que nous avions très vite perçue dans les travaux préalables au lancement de l’enquête et lors des deux ateliers ThatCamp de Saint-Malo et de Lyon également.

Il s’avère que les professionnels de l’information éprouvent le besoin voire la nécessité de pouvoir mener tout ou partie d’un projet (tableau 2).

Tableau 2. Faut-il développer des compétences en gestion de projet ?

Décompte Pourcentage
Oui 108 87,10 %
Non 16 12,90 %
Sans réponse 0 0,00 %
Total 124 100 %

 

 Il est souvent rappelé l’importance de la prise en compte des besoins documentaires dès le début des projets ce que montre d’ailleurs bien le guide réalisé par HumaNum.

Dans tous les cas la bibliothèque s’inscrit dans une démarche qui mêle différents métiers et professionnels et qu’il faut donc pour les professionnels de l’information mieux comprendre quels sont les compétences et savoirs des collègues chercheurs, informaticiens, ingénieurs, etc. Il s’agit aussi de s’inscrire dans des procédures qui dépassent le renouvellement d’un SIGB.

Nous avions également posé une question ouverte « Quels éléments de formation ou compétences particulières souhaiteriez-vous développer ? ». L’étude des résultats montre à nouveau que les besoins en gestion de projet sont prégnants notamment ceux en rapport avec des questions techniques et précises qu’il faut savoir mentionner sur des cahiers des charges. D’autres réponses font état de mieux savoir gérer les aspects humains, juridiques, techniques, matériels, communicationnels ainsi que la temporalité notamment pour pouvoir motiver les équipes sur du long terme.

Vers une métaculture ?

Clairement, les compétences mises en avant dépassent la capacité à coder et privilégient davantage les capacités à encoder (les systèmes de métadonnées sont bien connus de la part de nos répondants), mais aussi à décoder pour pouvoir mieux identifier les besoins des différents acteurs et partenaires du chercheur à l’usager. Aucune réponse ne met en avant un langage informatique précis à apprendre, mais davantage des aspects liés aux données et métadonnées. Le besoin de développer des relations plus étroites avec les services informatiques revient à plusieurs reprises avec l’idée qu’il faudrait précisément une personne qui ne soit attachée à aucun service pour gérer le projet de façon plus équilibrée. Une position qui n’est pas sans rappeler celle de l’architecte de l’information, même si l’expression ne revient jamais dans les réponses libres de notre enquête. Il est aussi souvent évoqué le besoin de formations communes entre chercheurs, bibliothécaires et informaticiens ainsi que le besoin d’un vocabulaire commun (ce qui se développe avec Tadirah).

Les acteurs emblématiques participent aussi de cette culture commune. On retrouve d’ailleurs cités sans surprise le Cléo, Huma-Num, le consortium Cahier, les projets Perseus, Venice Time Machine ou bien encore Gallica.  En revanche, l’Enssib n’est pas cité.

Désormais, la question devient double :

— En premier lieu, il s’agit de savoir où et quand former à ces besoins identifiés dont certains ne sont finalement pas si nouveaux car ils s’inscrivent dans un mouvement impulsé par le web. La piste des cours en ligne peut être propice pour répondre à des besoins de formation continue à condition de privilégier une formation qui dépasse les stratégies événementielles pour aller vers une production de compétences attestées ou qui peuvent être rapidement appliquées. La piste d’un site dédié avec des tutos pourrait être aussi opportune. Peut-être une piste à suivre dans la lignée de l’ouvrage en deux volumes qui doit sortir prochainement et qui mêle bibliothécaires et chercheurs qui n’ont pas peur de mettre les mains dans la machine.

— Dans un deuxième temps se pose la question d’un lieu dédié au sein de la bibliothèque ou en dehors, mais avec des bibliothécaires « digitaux » participants.

Tableau 3. Faut-il un centre dédié aux humanités digitales ?

  Décompte Pourcentage
Oui 51 41,13 %
Oui, à l’intérieur de la bibliothèque 39 31,45 %
Non, ce n’est pas utile 34 27,42 %
Sans réponse 0 0,00 %
Total 124 100 %

Si une majorité se dégage pour un lieu dédié, il n’est pas certain qu’un lieu au sein de la bibliothèque soit la meilleure solution. Jennifer Schaffner et Ricky Erway montraient que ce n’était envisageable que sous certaines conditions.

De toute manière, les réflexions sur les lieux et les missions des bibliothèques ne peuvent faire l’impasse sur les compétences requises ce qui ne peut qu’induire des évolutions dans le contenu des formations initiales et continues… mais également dans le contenu des concours, car la formation après le concours ne peut garantir aucunement un temps d’imprégnation suffisant. Une formation préalable est nécessaire. Nous osons même avancer que des candidats sans culture digitale, sans projection en humanités digitales ou pire sans intérêt pour ces questions n’ont strictement rien à faire dans ces concours… c’est bien le crépuscule des Virgile Stark qui est nécessaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *