Vers une épistémè numérique? 19ème Colloque International sur le Document Électronique

19ème Colloque International sur le Document Électronique
Ι24-26 Novembre 2016
Ιnstitut de la Presse Régionale – La Canée, Crète, Grèce

Appel à communication

La notion d’épistémè, telle qu’elle a été développée par Michel Foucault dans Les mots et les choses (1966) et L’archéologie du savoir (1968), vise à rendre compte des modalités de production (et de consommation) des connaissances à une époque donnée. Dans ses œuvres, il décrit essentiellement trois épistémès, successives : celle de l’époque classique, de la Renaissance et, enfin, de l’époque moderne.

Sans doute, la toute dernière épistémè, celle de notre époque actuelle, dominée par la transition numérique, n’a-t-elle pas été connue par Foucault (décédé en 1984). Nos temps attestent désormais des intégrations et des usages des technologies numériques dans nos pratiques, à la fois irréfrénables, massifs et rapides, qui impliquent un évident besoin de renouvellement du concept d’épistémè.

Peut-être devrions-nous, d’ores et déjà, réserver une place pour une forme d’épistémè inédite qui pourrait stimuler une manière radicalement différente de concevoir nos rapports entre le savoir et le pouvoir.
Dès son apparition, la technologie numérique participe aux facteurs majeurs de modification de l’humain, souvent même à travers des logiques et des mécanismes de consommation élémentaires. Les pratiques en sont touchées, les champs cognitifs se façonnent en conséquence (au moins 23% des produits manufacturés aujourd’hui contiennent du logiciel).

La production, la circulation, l’acquisition, la consommation et même le recyclage de l’information, supportent une économie grandissante et déterritorialisée, basée de plus en plus sur les connaissances, économie qui tisse des relations d’interdépendance de plus en plus complexes avec le vivre ensemble.

Autant de signes clairs d’une évolution, certes rapide mais décidément « normale », de la culture numérique, en perpétuel auto-dépassement, et déjà, peut-être, en train de devenir, post-numérique : ses paradigmes se renouvellent sans cesse, avant même de fonder quelque norme et produire des effets d’un ordre, d’une mesure, d’un canon.

Au cœur de ces restructurations radicales, la question du document se transforme également, et grandement, en augurant des façons souvent audacieuses de transmission des savoirs et des cultures.

Les deux dernières éditions du colloque CIDE ont abordé les relations que le document pourrait entretenir avec l’ère post-numérique (CiDE 18 : Documents et dispositifs à l’ère post-numérique, CiDE 17 : Le livre post-numérique). C’est cette interrogation, concernant, justement, l’avènement d’une nouvelle épistémè du document numérique, que nous souhaitons soumettre à discussion à l’occasion de cette 19e édition du Colloque International sur le Document Électronique.

Programmée pour se dérouler en Grèce, berceau de la première forme d’épistémè, d’après Foucault, il a paru particulièrement pertinent d’interroger le concept d’épistémè au regard de la culture numérique, et tout ce qu’elle mobilise en matière de supports, d’artefacts, de systèmes, de dispositifs et d’usages pour servir les nouvelles appétences d’accession à la culture et la connaissance.

Plusieurs axes de réflexion sont ainsi ouverts qui se structurent autour de trois questions principales :
1. Le numérique modifie, certes, les modalités de production et de diffusion des connaissances ; mais comment ?
2. À l’heure des objets connectés, de l’ultra-mobilité, de l’interopérabilité des données et des thématiques recouvertes par le concept de Big Data, Smart Data, etc., quel est le statut épistémologique du document ?
3. Dans la structuration en cours du champ des humanités numériques, le document joue-t-il encore un rôle de principe organisateur entre les disciplines ? Et comment ?

Plus concrètement, le colloque CiDE 19 accueillera des contributions théoriques, des présentations d’études de cas, des résultats de projets applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
– Le statut épistémologique du document et des data à l’heure du numérique ;
– Le document comme support et vecteur épistémique ;
– Le principe de (re)documentarisation et de la reéditorialisation;
– La description, l’annotation et la représentation des documents et des connaissances ;
– L’évolution des régimes de matérialité documentaire ;
– Le document, entre support technique et vecteur de transmission des savoirs ;
– La médiation et médiatisation numérique du patrimoine (culturel, scientifique…),
– La numérisation des corpus et du patrimoine antique ;
– Les enjeux du codage pour les humanités numériques ;
– L’épistémologie des humanités numériques ;
– Le document, principe organisateur des communautés épistémiques ;
– Les usages et les pratiques documentaires ;
–  Les normes documentaires ;
– Les réseaux, les mises en réseaux et les nouvelles modalités de production du savoir.

L’édition 2016 du CiDE (CiDE.19) souhaite encourager le débat entre les différentes communautés intéressées par la question du document numérique et sa place dans l’émergence d’une nouvelle culture. À cette fin, différentes dimensions peuvent être mobilisées : historique, économique, sémio-pragmatique, technique, sociale, ou encore culturelle.

Pour en savoir plus sur CIDE19 : http://cide19.europia.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *